La newsletter de ma chatte fusionne avec... đŸ’„

Ce mois-ci, nous avons une super nouvelle Ă  vous annoncer : la fusion de notre newsletter avec celle de Cyclique. Vous connaissez forcĂ©ment dĂ©jĂ  Cyclique, la plateforme queer et inclusive dĂ©diĂ©e au cycle menstruel, et son festival Sang Rancune ! Nous avons dĂ©cidĂ© de rĂ©unir nos forces Ă©ditoriales pour vous proposer un contenu riche et, on l’espĂšre, plus rĂ©gulier. Si vous ĂȘtes dĂ©jĂ  abonnĂ©.e Ă  la Newsletter de ma chatte, rien ne change pour vous. Bienvenue aux petites nouvelles et nouveaux !
Dans cette toute premiĂšre Ă©dition Les Flux x Cyclique, nous vous proposons un article d’Eva-Luna sur l’avortement par prise de mĂ©dicaments, un point sur les diffĂ©rents endroits oĂč recourir Ă  l’IVG, des numĂ©ros verts toujours ouverts pendant le confinement et un atelier d’auto-observation en ligne ! Vous n’échapperez pas non plus Ă  une petite sĂ©lection de podcasts apprĂ©ciĂ©s ces derniers mois et une revue de presse :)
Bonne lecture !


Revue de presse

Photo © Joanna Helena


Confinement, rebelote

Malgré le confinement, de nombreuses associations et services sont ouverts et disponibles.

Violences Femmes Infos 3919

Viols Femmes Infos 0 800 05 95 95

Enfance en danger 119

Allo Parents Bébé 0800 00 3456

Numéro vert du Planning Familial 0800 08 11 11

Protection des mineurs sur Internet et lutte contre le cyber-harcĂšlement 0800 200 000

En cas de besoin, mĂȘme si vous estimez que ce n’est pas urgent, n’hĂ©sitez pas Ă  contacter les professionel.le.s de santĂ© qui vous accompagnent habituellement.


IVG mĂ©dicamenteuse : Ă  qui s’adresser ?

À noter : l’avortement par mĂ©dicaments peut se pratiquer Ă  la maison, aprĂšs consultation d’un.e soignant.e, jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, c’est-Ă -dire au maximum 7 semaines aprĂšs le dĂ©but des derniĂšres rĂšgles. Si la personne est hospitalisĂ©e, la date limite est Ă  7 semaines de grossesse (9 semaines d’amĂ©norrhĂ©e). En ce moment, afin de limiter les hospitalisations sans restreindre l’accĂšs Ă  l’avortement, le dĂ©lai pour une IVG mĂ©dicamenteuse hors Ă©tablissement de santĂ© est Ă©tendu Ă  7 semaines de grossesse Ă©galement (9 semaines d’amĂ©norrhĂ©e).

On peut consulter un.e soignant.e “en ville”, hors d’un Ă©tablissement de santĂ© et bĂ©nĂ©ficier d’une IVG mĂ©dicamenteuse jusqu’à la 5e semaine de grossesse (7 semaines d’amĂ©norrhĂ©e).

  • Les mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes, les sages-femmes et les gynĂ©cologues en libĂ©ral sont en mesure de proposer une IVG par voie mĂ©dicamenteuse lorsqu’ils ont passĂ© une convention.

  • Vous pouvez Ă©galement vous rendre dans un centre de santĂ© (Ă  Paris ils sont nombreux et peuvent ĂȘtre gĂ©rĂ©s par la mairie ou une association ou encore une mutuelle par exemple), qui sont par ailleurs les seules structures de ville Ă  proposer Ă©galement des IVG par aspiration sous anesthĂ©sie locale.

  • Enfin vous pourrez vous rendre dans un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF). Ici, il y a une distinction importante Ă  faire ! Les Centres de Planification ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s aprĂšs la dĂ©pĂ©nalisation de la contraception en 1967, aprĂšs la lĂ©galisation de l’avortement en 1975,  ils ont Ă©galement commencĂ© Ă  fournir ce genre de service. Ce sont des structures mĂ©dico-sociales, dĂ©partementales. Les CPEF peuvent ĂȘtes gĂ©rĂ©s directement par le dĂ©partement ou par une association comme le Mouvement Français du Planning Familial. Le MFPF (parfois on dit simplement le Planning Familial) est une association qui, en plus de fournir un accĂšs Ă  l’IVG et Ă  la contraception pour toustes, lutte pour la prĂ©servation et l’évolution des droits reproductifs en France. C’est, Ă  la base, un mouvement crĂ©Ă© en 1956 pour faire changer la loi de 1920 qui pĂ©nalisait la contraception et l’avortement.

On peut Ă©galement se rendre dans un Ă©tablissement de santĂ© (Ă  l’hĂŽpital). Ces Ă©tablissements sont en mesure de vous proposer des IVG mĂ©dicamenteuses jusqu’à la 7e semaine de grossesse (9 semaines d’amĂ©norrhĂ©e).

  • Soit au sein d’un service de gynĂ©cologie obstĂ©trique

  • Soit au sein d’un centre d’orthogĂ©nie ou centre d’IVG (CIVG), unitĂ© dĂ©diĂ©e. Ils ont parfois aussi la casquette de centre de planification familiale hospitaliers, ce qui leur permet Ă©galement d’assurer un accĂšs Ă  la contraception de maniĂšre anonyme et gratuite.

Le site qui recense les endroits oĂč bĂ©nĂ©ficier d’une IVG, que ce soit en libĂ©ral, en centre ou Ă  l’hĂŽpital : ivglesadresses.org !


Comment avorter chez moi ?

Alors, tu as dĂ©cidĂ© d’avorter. Tu as prĂ©vu un rendez-vous avec un·e mĂ©decin·e gĂ©nĂ©raliste, un·e gynĂ©cologue ou un.e sage-femme, et tu ne sais pas ce qui t’attend. Je vais essayer de te guider dans le processus.

En France, dĂšs le premier rendez-vous, lae soignant·e que tu as dĂ©cidĂ© de consulter est tenu·e, si tu le souhaites (et Ă  condition qu’iel ne fasse pas usage de cette foutue clause de conscience), de te donner immĂ©diatement une pilule qui s’appelle le mifĂ©pristone (MifĂ©gyne). Ceci exclut les personnes mineures, qui sont tenues Ă  48h de rĂ©flexion. Le mifĂ©pristone est une molĂ©cule stĂ©roĂŻde, qui agit comme une anti progestĂ©rone et va arrĂȘter la grossesse. La dose recommandĂ©e par la Haute AutoritĂ© de SantĂ© est de 600 mg, soit trois comprimĂ©s de 200 mg. Normalement tu le prends dans le centre, mais tu peux aussi le prendre chez toi.

36 Ă  48h aprĂšs la premiĂšre prise, chez toi (ou chez un·e proche), tu vas prendre une deuxiĂšme molĂ©cule, le misoprostol (Gymiso). C’est une molĂ©cule qui agit comme la prostaglandine et qui va donc provoquer les contractions qui vont expulser le fƓtus. La dose recommandĂ©e en France est de 400 mg, soit deux comprimĂ©s. Tu les laisses fondre trente minutes dans ta bouche, et ensuite tu avales ce qui reste.

Les contractions vont commencer entre trente minutes et trois heures aprĂšs l’ingestion de misoprostol (si ce n’est pas le cas, contacte taon soignant·e). Elles vont ĂȘtre plus douloureuses et plus intenses que celles auxquelles tu es habitué·e pendant les rĂšgles, car il y a quelque chose en plus Ă  expulser dans ton utĂ©rus. PrĂ©vois ta journĂ©e pour t’y consacrer, et si tu en ressens le besoin, n’hĂ©site pas Ă  demander Ă  un·e proche d’ĂȘtre avec toi pendant le processus (mĂȘme pendant le confinement, c’est un motif impĂ©rieux).

Pour Ă©viter une infection, n’utilise pas une cup ou un tampon mais des serviettes avec une grosse absorption. En plus, ça te permet si tu veux de checker si le fƓtus est parti, car tu peux le voir Ă  l’Ɠil nu : Ă  la sixiĂšme semaine d’absence de rĂšgles, il fait la taille d’un petit grain de riz, Ă  la huitiĂšme semaine, celle d’un haricot. Entre la dixiĂšme et la douziĂšme semaine, il fait entre trois et huit centimĂštres.

Qu’est-ce que je fais pour que ça se passe le mieux possible ?

Le misoprostol peut avoir des effets secondaires peu agrĂ©ables comme la nausĂ©e, des vomissements, la tĂȘte qui tourne, la diarrhĂ©e, un mal de tĂȘte, et mĂȘme une fiĂšvre ou des sueurs froides. Tu peux prendre un Ibuprofen ou des mĂ©dicaments contre la nausĂ©e, qui n'interagissent pas mal avec le misoprostol. Hydrate-toi, et mange si tu en as envie.

N’hĂ©site pas Ă  prendre toutes les prĂ©cautions dont tu as besoin pour te dĂ©tendre et te faire du bien quand tu as tes rĂšgles : te mettre au lit, utiliser une bouillotte, regarder une sĂ©rie. Ton corps est en train de faire quelque chose qui requiert beaucoup d’énergie, donc ne te sens pas obligé·e d’ĂȘtre productive aujourd’hui.

Cette mĂ©thode et cette quantitĂ© de misoprostol et de mifĂ©pristone sont efficaces dans 95 % des cas. Toutefois, et dans des cas trĂšs rares, quelque chose peut mal se passer. D’aprĂšs l’International Women’s Health Coalition, contacte taon soignant·e si  tu fais l’expĂ©rience de : 

  • saignements trĂšs abondants (remplissage de plus de deux serviettes hygiĂ©niques larges et Ă©paisses chaque heure pendant plus de deux heures consĂ©cutives) ou, au contraire, des saignements trĂšs faibles ;

  • saignements continus pendant plusieurs jours provoquant des vertiges ou des Ă©tourdissements ;

  • saignements qui s’arrĂȘtent, mais suivis deux semaines aprĂšs ou plus tard de saignements extrĂȘmement abondants, ce qui pourrait nĂ©cessiter une aspiration manuelle ou un curetage ;

  • frissons et d’une fiĂšvre durant plus de 24 heures aprĂšs la derniĂšre dose de misoprostol, ce qui suggĂšre qu’une infection peut ĂȘtre prĂ©sente, ce qui nĂ©cessite, dans ce cas, un traitement avec des antibiotiques ;

  • une douleur abdominale sĂ©vĂšre qui dure plus de 24 heures aprĂšs la derniĂšre dose de misoprostol.

Illustration @f.a.n.g.s.o.u.t

Et aprĂšs ? 

Ne mets rien dans ton vagin pendant cinq jours (tampon/cup, pénis, doigt, jouet), et évite les activités physiques trop intenses. Il est normal de saigner comme si tu avais tes rÚgles pendant quelques jours aprÚs la prise de misoprostol.

En France, tu es supposé·e faire une visite de contrĂŽle entre 14 et 21 jours aprĂšs la prise de misoprostol. Si tu ne la fais pas, tu peux aussi faire un test de grossesse quatre semaines aprĂšs la prise, pour t’assurer que tu n’es plus enceint·e. Dans les 5 % de cas oĂč le misoprostol n’a pas fait correctement effet, la grossesse a continuĂ© normalement (1 % des cas) ou tout le fƓtus n’a pas Ă©tĂ© expulsĂ© (4 % des cas), et il faut faire un curetage (avortement chirurgical). 

Tu peux retomber enceint·e directement aprĂšs un avortement, donc n’oublie pas d’utiliser des prĂ©servatifs ou toute autre forme de contraception qui te convient. Et surtout, n’oublie pas que personne n’a le droit de te faire culpabiliser pour avoir recouru Ă  un avortement, pour quelque raison que ce soit.


Atelier d’auto-observation en ligne

Nous vous proposons un atelier d’auto-observation en ligne le mercredi 25 novembre de 18h30 à 21h. Retrouvez toutes les infos sur notre site.

Je m'inscris


Podcasts

L'actrice Delphine Seyrig participe à une manifestation de femmes à Paris à l'appel du MLF en novembre 1971 © Aimé Dartus/INA

🎧 Nos corps qui jasent : le premier podcast du collectif Les Jaseuses a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© pendant le confinement au printemps dernier et il permet d’évoquer le rapport Ă  son corps. Les Jaseuses est un groupe de jeunes chercheur.se.s dont les travaux se font Ă  partir de corpus fĂ©minins et queer. Suivez leur activitĂ© ici !

🎧 Delphine Seyrig : vie, vidĂ©o et combat : Dans ce documentaire sur la fabuleuse actrice et militante (bien qu’elle rĂ©fute le terme), Lila Boses et Lou Quevauvillers reviennent sur sa vie et son Ɠuvre. Quel rapport entre l’actrice de Peau d’ñne et la gynĂ©cologie ? C’est dans l’appartement de Delphine Seyrig que se dĂ©roule en toute clandestinitĂ© une des premiĂšres dĂ©monstrations de l’avortement par aspiration en France.

🎧 Au-delĂ  du clitoris : Pour LSD, la sĂ©rie documentaire Nedjma Bouakra revient sur France Culture sur l’histoire et la place du clitoris. Elle offre un panorama complet sur le sujet.

🎧 Les enfants vont bien : Dans ce podcast, Constance va Ă  la rencontre de familles homoparentales pour Ă©voquer le parcours de chacun et chacune pour faire famille. L’occasion de dĂ©couvrir ou d’approfondir ses connaissances sur les possibilitĂ©s de conception quand on n’est pas dans un couple cis-hĂ©tĂ©ro et d’entendre des rĂ©cits de vie qui nous ressemblent, ou pas !